L'histoire de l'Entreprise
et des hommes


FEX... son origine
Le premier FEX
Naissance du FEX français
TOURRET-NARAT
KAFTA FEX, le divorce
INDO, le nouvel élan
Les années florissantes
Les années difficiles
La fin d'une aventure

Les autres pages

La production
KAFTA FEX INDO

La page pratique
La publicité
Fond documentaire
Contact
Retour à l'accueil

1949... Le divorce


L'obtention du brevet concernant le tube escamotable rectangulaire est obtenu le 14 mars 1949 au profit des Ets FEX. Pour Frédéric KAFTANSKI, la conséquence directe de cet opération entraîne une perte de royalties pour ce qu'il considère être son appareil. Cette revendication de légitimité génère des tensions et coupe les relations entre le promoteur de l'ULTRA-FEX et celui du SUPERFEX. Les deux hommes se brouillent et préparent leur séparation.

Suite à ce conflit financier entre Lucien BOUCHETAL et Frédéric KAFTANSKI, le public est informé, en mai 1949, qu'il n'y plus de relations commerciales entre les Ets FEX et les Ets KAFTA. Ce dernier essaye également de revendiquer la paternité des appareils et de la marque FEX.

Jusqu'en avril 1949, les deux sociétés feront la promotion de leurs produits respectifs sur les foires commerciales. Par contre, dès le mois de janvier les publicités ne sont plus communes, pour FEX, les Ets KAFTA ne sont plus que distributeur et vice versa.



Stand des Établissements KAFTA-FEX,
Foire de Paris, 1949.


Parallèlement, Frédéric KAFTANSKI prépare son divorce. Il se consacre dans un premier temps à la réhabilitation de son premier appareil photo en matière moulée ( le SIDA ) et prépare un modèle 6x9 évidemment tous deux en bakélite.

De son côté, afin d'annuler l'objet de la discorde, la société Lyonnaise FEX change de raison sociale pour devenir INDO ( Industrie D'Optique ) et relook la sérigraphie de l'ULTRA-FEX. En effet, ce conflit de paternité et de revendication de la marque explique pourquoi l'ULTRA-FEX est rebaptisé en ULTRA de FEX France. Bien que l'entreprise ait changé de nom, on ne commencera à voir figurer INDO sur les publicités et emballages qu'à partir de 1955. Les boîtiers quant à eux, porteront toujours la marque FEX jusqu'en 1967, date des premiers appareils arborant le logo INDO.

Afin de préserver son indépendance, le 19 décembre 1949, Frédéric KAFTANSKI concède les locaux Parisiens et rachète les parts à son partenaire pour devenir majoritaire des Ets KAFTA.
Pourtant, Frédéric KAFTANSKI dévoile sa nouvelle adresse : 74, rue de la Fédération, Paris XVème, dès le 5 décembre 1949. La société y présente une nouvelle version du SIDA de format adapté au film LUMIÈRE N°1:
le SIDAX.

Au printemps 1950 apparaît le KAFTAX. C'est un boîtier rigide fixe focus en bakélite au plan film incurvé avec un nouveau type d'obturateur muni d'un filtre jaune intégré aux deux diaphragmes. Cet appareil a fait l'objet du dépôt d'un brevet N° 1.023.313, le 13 juin 1950.

En 1951 le KAFTAX II ou KAFTAX Automatic est une évolution du modèle. Une plaque métallique vissée en face avant, permet d'y fixer un tube porte objectif rond dont l'extension est assisté par ressorts. Ce système fait l'objet du dépôt d'un brevet N° 1.035.048, le 4 avril 1951.

En plus de la SCOPARETTE, les Ets KAFTA commercialisent toujours l'ELETRO-CAMERA-PROJECTEUR. Par contre, cette innovation ne convainc pas le public. Aussi, l'idée de Frédéric est de réutiliser du vieux pour faire du neuf. La boîte à lumière de la camera-projecteur reconditionnée a donné naissance à un projecteur de diapositives 24x36mm baptisé DIAX.

Le 28 août 1951, Frédéric KAFTANSKI créé la Société de Distribution d'appareils KAFTA ( SODIKA ).

Début 1952 le KAFTAX MP est présenté. L'extension du tube porte objectif est manuelle, par contre la mise au point est possible par rotation de la lentille avant.

Fin 1952, autour d'un tout nouvel obturateur synchronisé, les KAFTAX sont renommés BANCO. Le KAFTAX Automatic dont l'extension est assisté par ressorts devient BANCO Perfect KAFTA. Le KAFTAX MP dont l'extension est manuelle devient BANCO Spécial KAFTA.
Sur ces deux appareils, la mise au point est possible par rotation de la lentille avant.

Une visionneuse appelée DIASCOPE est également introduite.

Les Ets KAFTA proposent un boîtier haut de gamme reprenant les caractéristiques du boîtier haut de gamme de Ets FEX. Le BANCO LUX appelé également BANCO 4,5 est équipé d'un objectif de 4,5 d'ouverture, monté sur un obturateur ATOS identique à celui du FEX 4,5. Tout comme ce dernier, l'appareil est équipé d'un presse film métallique.

La distribution des BANCO sera réalisée par TIRANTY jusqu'à la fin de 1955.

La SCOPARETTE sera vendu jusqu'en 1955. A cette même date le projecteur DIAX est modifié et renommé FÉERIE.

Faute de production, la SODEKA se met en veille en 1959.
Les Établissements KAFTA se déclarent en faillite en 1965 pour cause d'actifs insuffisants.

L'esprit créateur de KAFTANSKI ne s'émousse pas. En effet, le 24 janvier 1955, il dépose le brevet d'un appareil photographique miniature, le célèbre STYLOPHOT. Cet appareil sera construit par une autre entreprise et avec d'autres associés.


Mais ceci est une autre histoire....







































































© kaftafex.free.fr